Les Signes de la Vie

A la recherche du savoir
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 sahih Muslim - la foi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
daawa95
::Toujours là::
::Toujours là::
avatar

Nombre de messages : 245
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: sahih Muslim - la foi   Jeu 29 Juin - 2:47

A propos de l'Islam, de la foi, du perfectionnement (des actes) et de l'obligation de croire en la prédestination d'Allâh le Très-Haut, qu'Il soit glorifié

10. Abou Hourayra (رضي الله عنه) a dit : Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) s'étant un jour montré au public, un homme vint lui dire : "Ô Envoyé d'Allâh! Qu'est-ce que la foi?".
- "C'est, répondit-il, de croire en Allâh, à Ses anges, à Son Livre, à Sa rencontre, à Ses Prophètes et à la Résurrection".
- "Ô Envoyé d'Allâh! Qu'est-ce que l'Islam?", reprit l'homme.
- "L'Islam, dit le Prophète, consiste à adorer Allâh sans jamais Lui donner d'associés, à s'acquitter de la prière prescrite, à verser l'aumône légale (Az-Zakâ), à jeûner le ramadan".
- "Ô Envoyé d'Allâh! Qu'est-ce que la perfection (al-'ihsân)?", demanda l'homme.
- "C'est, répliqua le Prophète, d'adorer Allâh comme si vous Le voyiez. Car bien que vous ne le voyiez pas, Lui certes vous voit".
- "Ô Envoyé d'Allâh! Quand est-ce qu'aura lieu l'Heure Suprême?", reprit l'homme. "L'interrogé, dit-il, n'en sait pas plus que celui qui interroge. Je vous parlerai plutôt de ses prodromes : Quand l'esclave enfantera son maître; que les va-nu-pieds seront à la tête des gens; et que les pâtres des moutons se vautreront dans leurs constructions élevées. Cette Heure fait partie des cinq (événements) que Seul Allâh détient le secret". Et le Prophète (صلى الله عليه و سلم) de réciter ce verset : La connaissance de l'Heure et auprès d'Allâh; et c'est Lui qui fait tomber la pluie salvatrice; et Il sait ce qu'il y a dans les matrices. Et personne ne sait ce qu'il acquerra demain, et personne ne sait dans quelle terre il mourra. Certes Allâh est Omniscient et Parfaitement Connaisseur. L'homme s'éloigna aussitôt et quand le Prophète (صلى الله عليه و سلم) ordonna de le faire revenir, personne ne put déceler la moindre trace de l'homme. "Cet homme, dit alors le Prophète (صلى الله عليه و سلم), est Gabriel; il est venu enseigner aux hommes leur religion".

Prières considérées comme l'un des piliers de l'Islam

12. Talha Ibn 'Oubaydillâh (رضي الله عنه) a dit : Un homme du Nedjd aux cheveux hirsutes vint trouver le Prophète (صلى الله عليه و سلم). Nous entendîmes le retentissement de sa voix sans distinguer ce qu'il disait. Quand il s'approcha du Prophète (صلى الله عليه و سلم), nous nous aperçûmes qu'il l'interrogeait sur l'Islam. L'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) lui répondit : "Cinq prières à accomplir pendant le jour et la nuit". - "Dois-je accomplir d'autres prières?", demanda l'homme. - "Non, à moins que tu ne veuilles faire œuvre supplémentaire". - "Il y a aussi le jeûne du ramadan", reprit le Prophète. - "Dois-je observer d'autres jeûnes?", ajouta l'homme. - "Non, à moins que tu ne veuilles faire œuvre supplémentaire", dit le Prophète (صلى الله عليه و سلم), qui mentionna alors l'aumône légale (Az-Zakâ). - "Dois-je payer d'autre aumône?", demanda l'homme. - "Non, à moins que tu ne veuilles faire œuvre supplémentaire", répéta le Prophète. L'homme s'en alla en disant : "Par Allâh! Je n'en ferai rien de plus ni rien de moins". Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dit alors : "Il réussira s'il est sincère".

Interrogation au sujet des piliers de l'Islam

13. Anas Ibn Mâlik (رضي الله عنه) a dit : Il nous fut interdit de poser des questions inutiles à l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم); aussi nous plaisait-il qu'un bédouin sensé vint lui (صلى الله عليه و سلم) demander des éclaircissements et nous d'entendre ses réponses. Il arriva qu'un bédouin se présenta chez le Prophète et lui dit :" Ô Muhammad! Ton messager est venu nous informer que tu prétends qu'Allâh t'a chargé d'une Mission".
- "Il a dit vrai", répliqua le Prophète.
- "Qui est donc le Créateur du ciel?", reprit le bédouin.
- "Allâh".
- "Qui est le Créateur de la terre?".
- "Allâh".
- "Qui a dressé ces montagnes et y a mis les choses utiles?".
- "Allâh".
- "Alors! Par le Créateur du ciel et de la terre, qui a dressé ces montagnes, est-ce Allâh qui t'a envoyé?".
- "Oui".
- "Ton messager a prétendu aussi que nous devions accomplir cinq prières tout au long du jour et de la nuit".
- "Il a dit vrai".
- "Par Celui qui t'a envoyé! Est-ce Allâh qui te les a prescrits?". "Oui" -"Ton messager a prétendu aussi que nous devions verser une aumône légale (Az-Zakâ) prélevée sur nos biens (pour les purifier)".
- "Il a dit vrai".
- "Par Celui qui t'a envoyé! Est-ce Allâh qui te l'a prescrite?".
- "Oui".
- "Ton messager a prétendu aussi que nous devions jeûner annuellement pendant le mois du ramadan?".
- "Il a dit vrai".
- "Par Celui qui t'a envoyé! Est-ce Allâh qui te l'a prescrit?".
- "Oui".
- "Ton messager a encore prétendu que chacun de nous devrait accomplir le Hajj s'il en possédait les moyens".
- "Il a dit vrai".
- "Eh bien!, conclut l'homme, par Celui qui t'a envoyé avec la Vérité, je me conformerai à ces prescriptions sans n'y rien ajouter ni omettre".
- "Si cet homme est sincère, dit enfin le Prophète (صلى الله عليه و سلم), il entrera sûrement au Paradis".

Celui qui observe ce dont on lui a ordonné, entrera au Paradis

14. D'après Abou Ayyoûb Al-Ansâri (رضي الله عنه), un bédouin se présenta au Prophète (صلى الله عليه و سلم) pendant l'un de ses voyages, saisit le licol de sa chamelle, puis dit : "Ô Envoyé d'Allâh (ou "ô Muhammad") Indiquez-moi ce qui me frayera les voies au Paradis et m'écartera de l'Enfer". Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) s'arrêta, se tourna vers ses compagnons et dit : "C'est bien un but qu'il recherche. Répétez ce que vous venez de dire!". A la question répétée, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) répondit : "Adorez Allâh, sans rien Lui associer; observez la prière; versez l'aumône légale (Az-Zakâ) et soignez tes liens de sang... Lâchez la chamelle!".

16. Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), un bédouin vint trouver le Prophète (صلى الله عليه و سلم) et lui dit : "Ô Envoyé d'Allâh! Indique-moi une œuvre qui me frayera la voie au Paradis". - "Tu n'as qu'à adorer Allâh, répondit le Prophète; sans rien Lui associer, à observer la prière prescrite; à payer l'aumône légale (Az-Zakâ) et à jeûner pendant le ramadan". - "Par Celui qui tient ma vie entre Ses mains! Je ne ferai rien de plus ni de moins", répliqua le bédouin. Aussitôt l'homme partit, le Prophète dit : "Que celui qui se réjouit de voir l'un des hôtes du Paradis, regarde cet homme".

Piliers et assises de l'Islam

19. Selon Ibn 'Omar (رضي الله عنهما), l'Envoyé d'Allâh (تعالى) a dit : "L'Islam est bâti sur cinq piliers : l'unicité d'Allâh; la pratique de la prière (As-Salâ); l'acquittement de l'aumône légale (Az-Zakâ); le jeûne du ramadan (As-Siyâm) et l'accomplissement du Hajj".

Ordre de croire en Allâh le Très-Haut, en Son Envoyé, et en la loi de la religion, d'inciter à embrasser cette religion, de s'enquérir à son sujet, de l'observer, et de la communiquer à celui qui n'en a pas pris connaissance

23. D'après Ibn 'Abbâs (رضي الله عنهما) : Une députation des 'Abd Al-Qays vint trouver le Prophète (صلى الله عليه و سلم). Les députés dirent : "Ô Messager d'Allâh! Nous sommes les gens de Rabî'a. Il nous est impossible de venir vers toi excepté durant les Mois Sacrés à cause de cette tribu mécréante de Mudar. qui s'interposait entre vous et nous. Signalez-nous donc quelques prescriptions pour que nous les suivrons et les prêcherons chez nous (à notre retour)". Le Prophète répondit : "Je vous prescrivis quatre choses et vous interdis quatre autres. Je vous enjoignis de croire en Allâh, -il explicita ceci en disant- Cela consiste à déclarer qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allâh et que Muhammad est l'Envoyé d'Allâh". Il leur ordonna ensuite de pratiquer la prière, de s'acquitter de l'aumône légale (Az-Zakâ) et de payer le cinquième du butin. Il leur interdit l'usage de la calebasse, du hantam (récipient fait de la boue, du poil et du sang), de l'auge (naqîr, tronc de palmier creusé en tonneau) et de muqayyar (récipient enduit de résine). (N.B : Ces ustensiles étaient destinés à y fermenter les boissons enivrantes).

_________________
Remplit l'encrier de l'ange qui note tes bonnes actions avec les larmes de ton repentir.http://daawa95.skyblog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daawa95.skyblog.com
daawa95
::Toujours là::
::Toujours là::
avatar

Nombre de messages : 245
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: foi   Jeu 29 Juin - 2:48

Ordre d'attester qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allâh et que Muhammad est l'Envoyé d'Allâh

27. D'après Mou'âdh Ibn Jabal (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) me chargea d'une mission au Yémen. (Avant de partir), il me dit : "Tu iras chez des gens du Livre. Quand tu seras parmi eux, invite-les à attester qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allâh, et que Muhammad est l'Envoyé d'Allâh. S'ils se conforment à cette invitation, informe-les qu'Allâh leur prescrit cinq prières à accomplir le jour et la nuit. S'ils y consentent, informe-les qu'Allâh leur prescrit une aumône qui sera perçue sur les riches parmi eux pour être dépensée aux pauvres parmi eux. S'ils se soumettent à tout cela, garde-toi de toucher à leurs biens précieux et redoute la plainte de l'opprimé, car rien ne s'interpose entre Allâh et elle".

Ordre de combattre les gens jusqu'à ce qu'ils témoignent qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allâh et que Muhammad est l'Envoyé d'Allâh d'accomplir les prières, de verser l'aumône légale, de croire à l'ensemble de la mission prophétique. Celui qui se plie à ces règles mettra à l'abri son âme et ses biens. Ce que cachera son cœur sera une affaire à régler devant Allâh, l'Exalté. Ordre de combattre ceux qui négligent l'aumône légale ou autre droit islamique. L'imam se préoccupe des rites de l'Islam

29. Abou Hourayra (رضي الله عنه) a dit : A la mort de l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم), quand Abou Bakr fut investi du califat et qu'un certain nombre d'Arabes renièrent leur foi, dit à Abou Bakr : "Comment vas-tu les combattre alors que l'Envoyé d'Allâh (تعالى) a dit : J'ai reçu l'ordre de combattre les idolâtres jusqu'à ce qu'ils confessent qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allâh. Celui qui témoigne de l'unicité d'Allâh, rends sa vie et ses biens inviolables, sauf au cas où il serait jugé coupable et c'est à Allâh qu'il appartiendra de régler son compte". Abou Bakr répondit : "Par Allâh! Je combattrai quiconque fait de distinction entre la prière et l'aumône légale (Az-Zakâ); car celle-ci est le dû des biens (c.-à-d. le droit d'Allâh sur nos biens comme la prière et le jeûne sont le droit d'Allâh sur notre corps). Par Allâh! S'ils me refusent un licou qu'ils livraient en impôt à l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم), je les combattrai pour ce refus".

30. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "J'ai reçu l'ordre de combattre les idolâtres jusqu'à ce qu'ils confessent qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allâh. Celui qui le confesse n'a rien à craindre de moi : sa vie et ses biens resteront inviolables, sauf au cas où il serait accusé par la loi, et c'est Allâh qui se chargera de régler son compte".

33. D'après Abdoullâh Ibn 'Omar (رضي الله عنهما), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "J'ai reçu l'ordre de combattre les idolâtres sans relâche jusqu'à ce qu'ils professent qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allâh et que Muhammad est l'Envoyé d'Allâh; qu'ils accomplissent la prière et qu'ils payent l'aumône légale (Az-Zakâ). S'ils le font, leurs vies et leurs biens me seront inviolables, sauf au cas où ils seraient condamnés par la loi et c'est Allâh qui se chargera de régler leurs comptes".

Validité de l'Islam du moribond s'il n'est pas encore à l'article de la mort. Abrogation de la permission de demander pardon en faveur des polythéistes et preuve que celui qui meurt polythéiste sera un damné et ne pourra jamais être racheté

35. Al-Musayyab Ibn Hazn (رضي الله عنه) a dit : Au moment où Abou Tâlib était à l'article de la mort, l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) vint le voir et trouva chez lui Abou Jahl et 'Abdallâh Ibn 'Abî 'Umayya Ibn Al-Mughîra. L'Envoyé d'Allâh s'adressa à Abou Tâlib en disant : "Ô mon oncle, Atteste qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allâh. C'est là un mot dont je serai témoin en ta faveur auprès d'Allâh". Aussitôt Abou Jahl et 'Abdallâh Ibn 'Abî 'Umayya s'écrièrent : "Ô Abou Tâlib Vas-tu renier la foi de 'Abd Al-Muttalib?" L'Envoyé d'Allâh ne cessa de lui proposer de prononcer la profession de foi en répétant les mêmes mots, (tandis que les deux autres lui répétaient les mêmes propos). Mais, les dernières paroles de Abou Tâlib furent qu'il persistait dans la foi de 'Abd Al-Muttalib en refusant d'attester qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allâh. - "Par Allâh!, s'écria l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم), je demanderai à Allâh de te pardonner, tant que cela ne me soit pas défendu". Ce fut à cette occasion qu'Allâh, le Très-Haut, révéla ce verset : Il n'appartient pas au Prophète et aux Croyants d'implorer le pardon en faveur des polythéistes, fussent-ils des parents alors qu'il leur est apparu clairement que ce sont les gens de l'Enfer. Ensuite, Allâh, le Très-Haut, révéla au sujet de Abou Tâlib, en s'adressant à l'Envoyé d'Allâh ce verset : Tu (Muhammad) ne diriges pas celui que tu aimes : mais c'est Allâh qui guide qui Il veut. Il connaît mieux cependant les bien-guidés.

Celui qui témoigne de l'unicité d'Allâh et meurt sur cet état, entrera assurément au Paradis

41. D'après 'Oubâda Ibn Sâmit (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Quiconque témoigne qu'il n'y d'autre divinité qu'Allâh, l'Unique qui n'a point d'associés; que Muhammad est son Adorateur et son Envoyé; que Jésus ('Isa) est l'adorateur d'Allâh, fils de Son adoratrice, Sa parole qu'Il envoya à Marie et Son esprit; et que le Paradis est vrai et que l'Enfer est vrai, Allâh le fera accéder, à volonté, au Paradis par n'importe laquelle de ces huit portes".

43. Mou'âdh Ibn Jabal (رضي الله عنه) a dit : Un jour que j'étais en croupe derrière le Prophète (صلى الله عليه و سلم), séparé de lui seulement par l'extrémité du bât, il me dit : "Hé! Mou'âdh!". - "Ô Envoyé d'Allâh! A votre service! A vos ordres!". Après que nous avançâmes un instant, il m'appellera de nouveau : "Hé! Mou'âdh!". - "Ô Envoyé d'Allâh! A votre service! A vos ordres!". Nous marchâmes encore un instant et le voilà qu'il me répéta à nouveau : "Hé! Mou'âdh!". - "Ô Envoyé d'Allâh! A votre service! A vos ordres!!" - "Connais-tu, reprit-il, les droits d'Allâh sur Ses adorateurs?". - "Allâh et Son envoyé le savent mieux que personne", dis-je. - "Les droits d'Allâh sur les adorateurs, dit-il, c'est qu'ils L'adorent sans Lui rien associer". Nous poursuivâmes la marche encore un instant, puis il me dit : "Hé! Mou'âdh!" - "Ô Envoyé d'Allâh! A votre service! A vos ordres!". - "Connais-tu ce qu'Allâh devra aux hommes s'ils agissent de la sorte?". - "Allâh et Son envoyé le savent mieux que personne", répondis-je. Et lui d'ajouter : "C'est de ne les châtier pas".

47. Selon Anas Ibn Mâlik (رضي الله عنه) : Mou'âdh Ibn Jabal était un jour assis en croupe d'une chamelle derrière le Prophète. Celui-ci s'adressa à lui en disant : "Ô Mu'âdh!". - "Ô Envoyé d'Allâh! A votre service! A vos ordres!", répondit Mu'âdh. Le Prophète répéta à deux reprises son appel et reçut toujours la même réponse. Ensuite, il dit : "Toute personne qui témoigne qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allâh et que Muhammad est l'Adorateur et l'Envoyé d'Allâh ne manquera pas d'être préservée -par Allâh- du feu de l'Enfer". - "Ô Envoyé d'Allâh!, reprit alors Mu'âdh, ne dois-je pas en informer les fidèles pour les réjouir?". - "Non, répliqua le Prophète, ils risquent de s'y appuyer (pour supprimer toute pratique religieuse)". (Mu'âdh transmit cette tradition au moment où il était au chapitre de la mort, de peur de commettre un péché en celant un enseignement du Prophète).

48. Selon 'Itbân Ibn Mâlik (رضي الله عنه) : Mahmûd Ibn Ar-Rabî' dit : "Je vins à Médine trouver 'Itbân Ibn Mâlik à qui je demandai de me transmettre les propos qu'eut le Prophète avec lui". Celui-là raconta alors le récit suivant : "Je ne puis plus me fier à ma vue. J'envoyai alors à l'Envoyé d'Allâh lui demander de venir prier chez moi, dans un endroit dont je me servirai ensuite de lieu de prière. L'Envoyé d'Allâh vint alors chez moi, escorté de ses compagnons. Pendant que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) faisait la prière chez moi, un groupe de ses compagnons se réunirent et firent de Mâlik Ibn Dukhchum sujet de causerie et de condamnation en raison de son hypocrisie. Ils voulurent que le Prophète eût invoqué Allâh de le faire périr ou qu'un mal l'eût atteint. Le Messager d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) qui vînt de terminer sa prière leur répliqua : "Cet homme n'a-t-il pas attesté qu' il n'y a d'autre divinité qu'Allâh et que je suis l'Envoyé d'Allâh?". - "C'est ce qu'il a dit de sa langue, mais qui n'émane pas nécessairement de son for intérieur", s'exclamèrent-ils. - "Quiconque atteste, reprit le Prophète, qu'il n'y a d'autre divinité qu'Allâh et que je suis son Envoyé, n'entrera pas en Enfer et ne sera pas consommée par ses flammes".

Nombre des branches de la foi et leur superposition en degrés. La pudeur en fait partie

50. Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "La foi comporte soixante-dix et quelques branches dont la pudeur (timidité freinant toute tendance blâmable)".

52. D'après Ibn 'Omar (رضي الله عنهما), le Prophète (صلى الله عليه و سلم), ayant un jour entendu un homme en train de prêcher la pudeur à son coreligionnaire, il dit : "La pudeur fait partie de la foi".

53. Selon 'Imrân Ibn Husayn (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "La pudeur n'emporte que le bien".

Les meilleurs des actes en Islam

56. Selon 'Abdoullâh Ibn 'Amr (رضي الله عنه), un homme ayant demandé au Prophète (صلى الله عليه و سلم) quel était le meilleur Islam, celui-ci répondit : "Donne à manger et salue ceux que tu connais et ceux que tu ne connais pas".

57. D'après 'Abdoullâh Ibn 'Amr Ibn Al-'As (رضي الله عنه), un homme demanda au Prophète (صلى الله عليه و سلم) : "Qui est le meilleur musulman?" et le Prophète de répondre : "Celui dont aucun des musulmans n'a à redouter ni la langue ni la main".

_________________
Remplit l'encrier de l'ange qui note tes bonnes actions avec les larmes de ton repentir.http://daawa95.skyblog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daawa95.skyblog.com
daawa95
::Toujours là::
::Toujours là::
avatar

Nombre de messages : 245
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: foi   Jeu 29 Juin - 2:48

59. D'après Abou Moûsa (رضي الله عنه), je demandai au Prophète (صلى الله عليه و سلم) quel était le meilleur acte de l'Islam, il me répondit : "C'est celui du fidèle dont les musulmans n'ont à redouter ni la main, ni la langue".

Qualités requises en celui qui trouvera la douceur de la foi

60. Selon Anas Ibn Mâlik (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Il en est trois qualités, quiconque les possède, saura savourer la douceur de la foi : vouer un amour exclusif à Allâh et à son Envoyé; si l'on aime quelqu'un d'autre, qu'il ne sera que par amour d'Allâh; enfin de redouter le retour à l'incrédulité -condition de laquelle on a été sauvé par Allâh- comme on redoute d'être précipité en Enfer".

L'amour de l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) doit supplanter celui des parents, de l'enfant, du père et de tout le monde. Celui qui ne l'aime pas de ce degré sera-t-il ou non appelé incroyant?

62. D'après Anas (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Aucun Adorateur -ou selon la version de 'Abd Al-Wârith aucun homme- ne sera un parfait Croyant à moins qu'il n'ait pour moi plus d'affection qu'il n'en a pour ses proches, ses biens et pour tout le reste du genre humain".

C'est l'un des aspects de la foi que d'aimer pour son coreligionnaire ce que l'on aime pour soi-même

64. Selon Anas Ibn Mâlik (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Aucun de vous n'aura vraiment la foi que s'il ne désire pour son coreligionnaire (ou pour son voisin) ce qu'il désire pour lui-même".

Incitation à honorer le voisin et l'hôte, et à contenir sa langue à moins qu'il ne soit pour le bien. Ceci fait partie de la foi

67. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Que celui qui croyait en Allâh et au Jour du Jugement Dernier ne dise que du bien ou qu'il se taise. Que celui qui croyait en Allâh et au Jour du Jugement Dernier traite ses voisins avec égards. Que celui qui croyait en Allâh et au Jour du Jugement Dernier donne l'hospitalité à son hôte".

69. D'après Abou Churayh Al-Khuzâ'î (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Que celui qui croyait en Allâh et au Jour du Jugement Dernier traite son voisin avec égards. Que celui qui croyait en Allâh et au Jour du Jugement Dernier donne l'hospitalité à son hôte. Et que celui qui croyait en Allâh et au Jour du Jugement Dernier ne dise que du bien ou qu'il se taise".

L'interdiction des actes blâmables fait partie de la foi. La foi augmente ou diminue. L'ordre de faire le bien et l'interdiction du blâmable sont deux obligations

70. D'après Abou Sa'îd Al-Khoudri (رضي الله عنه) : Târiq Ibn Chihâb transmet que Marwân fut le premier à faire devancer la prière au jour de la fête par le prône. Un homme intervint à l'instant et lui dit : "La prière doit se faire avant le prône (selon la pratique du Prophète)!". - "Ceci n'est plus", répondit Marwân. Abou Sa'îd dit alors : Cet homme a ainsi rempli son devoir. J'ai entendu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dire : "Celui d'entre vous qui assiste à quelque action blâmable, qu'il intervienne pour la changer de sa main; sinon, de sa langue; sinon, de son cœur, et c'est là la plus faible manifestation de la foi".

Superposition des degrés des Croyants. Les gens du Yémen sont les plus voués à la foi

72. Abou Mas'ûd 'Uqba Ibn 'Amr (رضي الله عنه) a dit : Le Prophète (صلى الله عليه و سلم), montrant de la main la direction du Yémen, dit : "La foi réside là-bas! Mais la dureté et la grossièreté des cœurs se trouvent chez ceux qui braillent en conduisant leurs chameaux, et qui habitent là où se lèvent les deux cornes du diable, chez les tribus de Rabî'a et de Mudar".

73. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Vous avez reçu la visite des gens du Yémen qui ont les cœurs les plus tendres. La foi, la jurisprudence et la sagesse sont toutes yéménites".

La religion comporte le bon conseil

83. Jarîr Ibn 'Abdillâh (رضي الله عنه) a dit : "Je prêtai serment d'obéissance à l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) et je m'engageai à pratiquer la prière, à verser l'aumône légale (Az-Zakâ) et à conseiller à tout musulman".

Les péchés diminuent la foi : celle-ci est imparfaite lors de leurs perpétrations

86. Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Le fornicateur ne reste pas Croyant au moment où il fornique, le voleur ne reste pas Croyant au moment où il vole, le buveur ne reste pas Croyant au moment où il consomme l'alcool".

Signes distinctifs de l'hypocrite

88. Selon 'Abdoullâh Ibn 'Amr (رضي الله عنهما) rapporte que le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Il est quatre défauts qui lorsqu'ils entachent quelqu'un, le rendent un parfait hypocrite. Celui qui en possède un, est atteint d'une des caractéristiques de l'hypocrisie, à moins qu'il ne s'en débarrasse, à savoir : Tenir des propos mensongers; trahir ses serments; manquer à ses promesses et être de mauvaise foi au cours des disputes".

89. Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Trois défauts caractérisent l'hypocrite : Tenir des propos mensongers; manquer à ses promesses et tromper les confiances d'autrui".

L'homme qui dit à un musulman : "Ô infidèle!", est-il Croyant?

91. Selon Abdoullâh Ibn 'Omar (رضي الله عنهما), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : Quand un homme accuse un autre d'incroyance, l'un d'eux mérite bien cette accusation (si l'accusateur dit vrai, l'incroyance de l'autre sera donc attestée, sinon celui qui a entaché son coreligionnaire d'incrédulité, la méritera bien).

Celui qui nie sciemment sa filiation paternelle, est-il Croyant?

93. Abou Dharr (رضي الله عنه) a entendu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dire : "Tout homme qui prétend sciemment être issu d'un autre père que le sien sera (considéré comme un) mécréant. Quant à celui qui prétend la possession de ce qui ne lui appartient pas, il n'est point des nôtres et qu'il aille chercher sa place en Enfer. Celui qui accuse faussement un homme d'incrédulité ou le qualifie d'être l'ennemi d'Allâh, ceci ne manque de tourner contre lui".

94. Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Ne désavouez pas vos pères (par mépris pour votre lignage). Celui qui le fait sera (considéré comme un) mécréant".

95. Sa'd Ibn Abi Waqqâs (رضي الله عنه) a entendu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dire : "Le Paradis sera interdit à tout musulman qui prétend sciemment être issu d'un autre père que le sien".

A propos des paroles du Prophète : "Injurier un musulman c'est faire acte d'impiété; le combattre, c'est faire acte de perversité"

97. D'après 'Abdoullâh Ibn Mas'oûd (رضي الله عنه), le Messager d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Le fait d'injurier un musulman tient de la perversité; celui de le combattre tient de l'incrédulité".

Interprétation des paroles du Prophète : "Gardez-vous, après ma mort, d'agir en infidèles en vous entre-tuant".

98. Jarîr (رضي الله عنه) a dit : Au cours du Hajj d'adieu, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) m'ordonna de demander aux gens de lui prêter une oreille attentive, puis il s'adressa à eux en disant : "Gardez-vous, après ma mort, de renier votre foi et de vous entre-tuer".

Incrédulité de celui qui dit : "Nous avons reçu de la pluie grâce à telle étoile"

104. Zayd Ibn Khâlid Al-Juhanî (رضي الله عنه) a dit : L'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) nous guida pendant la prière de subh (du matin) à Al-Hudaybiya, à la suite d'une pluie qui était tombée pendant la nuit. Quand le Prophète eut terminé la prière, il se tourna vers les fidèles et dit : "Savez-vous ce qu'a dit votre Seigneur?". - "Allâh et son Envoyé en sont les plus informés", répondirent-ils. - Ce matin, Allâh a dit, répliqua le Prophète, il y a parmi Mes adorateurs qui ont cru en Moi et d'autres qui n'y ont pas cru. Ceux qui ont dit : "Nous avons reçu la pluie par la grâce d'Allâh et Sa bénédiction" ont cru en Moi et n'ont pas cru aux étoiles. Mais ceux qui ont dit que c'était grâce à telle ou telle étoile (auxquelles les Arabes attribuaient la chute des pluies avant l'Islam), n'avaient pas cru en Moi et avaient cru aux étoiles.

Le fait d'aimer les 'Ansâr (Auxiliaires du Prophète) est un signe de la foi, et les haïr est une marque de l'hypocrisie

108. Selon Anas (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Haïr les 'Ansâr, c'est le signe de l'hypocrisie; aimer les 'Ansâr, c'est le signe de la foi".

110. Al-Barâ (رضي الله عنه) a dit : Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit à propos des 'Ansâr : "Seul le Croyant les aime et seul l'hypocrite les hait. Allâh aime ceux qui les aiment; et hait ceux qui les haïssent ".

La diminution des actes d'obéissance diminue la foi. Emploi des expressions : "incroyance aux bienfaits (ingratitude)" et "incroyance aux droits (manque de reconnaissance)"

114. D'après Abdoullâh Ibn 'Omar (رضي الله عنهما), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Ô femmes! Faites l'aumône et sollicitez plus fréquemment le pardon d'Allâh, car je vous ai vu former la majorité des réprouvés de l'Enfer". Une femme -parmi elles ayant l'esprit judicieux- s'exclama : "Et pourquoi cela, ô Envoyé d'Allâh?". - "C'est, répondit-il, que vous multipliez vos malédictions et vous êtes ingrates envers vos époux. Je n'ai vu parmi les êtres faibles en intelligence et en religion personne qui, mieux que l'une de vous, fasse perdre l'esprit à un homme sensé". - "En quoi, reprit-elle, ô Envoyé d'Allâh, consiste le défaut de notre intelligence et de notre religion?". - "Le témoignage de deux femmes équivaut à celui d'un homme... Voilà pour le défaut de l'intelligence, répliqua le Prophète, et quand elles ont leurs menstrues, les femmes ne cessent-elles pas de prier et de jeûner des nuits durant?... Eh bien! Voilà pour celui de la religion".

La croyance en Allâh le Très-Haut est le meilleur acte

118. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), on demanda au Prophète (صلى الله عليه و سلم) quelle était l'œuvre la plus méritoire. "C'est, répondit-il, la foi en Allâh". - "Et quoi encore?", lui dit-on. - "Le djihad", ajouta-t-il. - "Et ensuite?", demanda-t-on encore. - "Un Hajj pieusement accompli", répliqua-t-il.

119. Abou Dharr (رضي الله عنه) a dit : Je demandai au Prophète (صلى الله عليه و سلم) quelles étaient les œuvres les plus méritoires. "La foi en Allâh, répondit-il, et le djihad". - "Et lequel des esclaves est celui dont l'affranchissement est le plus méritoire?", lui demandai-je. - "Celui qui a coûté le plus cher, répondit-il, et auquel son maître tient le plus". - "Et si j'en suis incapable?", repris-je. - "Alors, répliqua-t-il, aide quelqu'un à accomplir son travail ou travaille pour le compte d'un autre qui ne sait rien faire". - "Et si j'en suis incapable?". - "Alors tu t'abstiendras de nuire aux gens et ce sera une sorte d'aumône dont tu bénéficieras".

120. 'Abdoullâh Ibn Mas'oûd (رضي الله عنه) a dit : Je demandai au Prophète (صلى الله عليه و سلم) quelle était l'œuvre la plus méritoire. "La prière faite à point nommé", répondit-il. - "Et quoi encore?", repris-je. - "La piété filiale". - "Et quoi encore?". - "Le djihad", répliqua-t-il. Ibn Mas'ûd ajouta : "Je cessai de lui poser davantage de questions de peur de le gêner".

_________________
Remplit l'encrier de l'ange qui note tes bonnes actions avec les larmes de ton repentir.http://daawa95.skyblog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daawa95.skyblog.com
daawa95
::Toujours là::
::Toujours là::
avatar

Nombre de messages : 245
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: foi   Jeu 29 Juin - 2:49

Le polythéisme est le péché le plus infamant. Quel péché se classe après?

124. 'Abdoullâh Ibn Mas'oûd (رضي الله عنه) a dit : Je demandai au Prophète (صلى الله عليه و سلم) quel était le péché le plus grave aux yeux d'Allâh et il me répondit : "C'est que tu Lui donnes un associé, car c'est Lui qui t'a créé". - "Certes, repris-je, cela est grave. Et quel est le péché qui vient en second lieu?". - "C'est, répliqua-t-il, de tuer ton enfant dans la crainte de partager ta nourriture". - "Et quoi encore?", redemandais-je. - "De forniquer avec la femme de ton voisin", répondit-il.

Péchés capitaux et le plus grave d'entre eux

126. D'après Abou Bakra (رضي الله عنه), Nous étions réunis chez l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم), quand il nous a dits : "Eh bien! Voulez-vous que je vous informe sur les plus graves des péchés capitaux?... Ils sont au nombre de trois : le polythéisme, l'ingratitude envers ses parents et le faux témoignage -ou suivant une variante : les paroles mensongères-". Le Prophète (صلى الله عليه و سلم), qui était accoudé, se mit sur son séant et ne cessa de répéter ces derniers mots au point que nous nous dîmes : Ah! S'il avait cessé". (Cette répétition a, en effet, jeté l'effroi dans les cœurs des fidèles)

127. D'après Anas (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit des péchés capitaux : "Ce sont : le polythéisme, l'ingratitude envers les parents, le meurtre et le faux témoignage".

129. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Evitez les sept turpitudes!". - "Quelles sont-elles, ô Envoyé d'Allâh?", demandèrent les fidèles. - "Ce sont, répondit-il, le polythéisme, la magie; le meurtre qu'Allâh a interdit sauf à bon droit; l'usurpation des biens de l'orphelin; l'usure; la fuite du front au jour du djihad et la fausse accusation (de fornication) des femmes vertueuses, chastes et Croyantes".

130. D'après 'Abdoullâh Ibn 'Amr Ibn Al-'As (رضي الله عنهما), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Parmi les péchés capitaux figure le fait qu'un homme injure ses parents". - "Arrive-t-il, ô Envoyé d'Allâh, qu'un homme insulte ses parents?", s'exclama-t-on. - "Oui, c'est quand on injure le père d'un autre qui à son tour répond en insultant le père de l'injurier et quand on injure la mère de quelqu'un qui se venge en insultant celle de l'injurier".

Celui qui meurt sans ne rien associer à Allâh entrera au Paradis, et celui qui meurt polythéiste ira en Enfer

134. D'après 'Abdoullâh Ibn Mas'oûd (رضي الله عنه), Le Prophète a dit : "Entrera en Enfer quiconque mourra en invoquant un associé en dehors d'Allâh". Et moi ('Abdallâh) d'ajouter : "Et entrera au Paradis quiconque mourra en vouant à Allâh un culte exclusif".

137. D'après Abou Dharr (رضي الله عنه) : L'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : Gabriel (que la paix soit sur lui) vint m'annoncer cette bonne nouvelle : "Quiconque de ta Communauté meurt sans rien associer à Allâh, entrera au Paradis". - "Même, m'exclamai-je, s'il avait commis la fornication ou le vol?". - "Même s'il avait forniqué ou volé", m'assura-t-il.

Interdiction de tuer un polythéiste après qu'il eut témoigné qu'il n'y a d'autre divinité à part Allâh

139. D'après Al-Miqdâd Ibn Al-'Aswad (رضي الله عنه) J'ai dit à l'Envoyé d'Allâh : "Figurez-vous que je me suis heurté à un polythéiste qui en m'ayant livré combat, m'amputerait la main avec son sabre, puis se réfugierait derrière un arbre où il prononcerait la profession de foi. Aurais-je droit à le tuer ou non (pour se venger) après qu'il eut prononcé la profession de foi?". L'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) me répondit par le négatif. - "Mais, ai-je repris, il m'a coupé la main, et ce n'est qu'après cela qu'il a déclaré sa conversion à l'Islam. Pourrais-je donc le tuer?". - "Ne le tue pas, répéta l'Envoyé d'Allâh, car si tu le tues, il sera dans l'état où tu étais avant de l'exécuter (musulman), et toi tu te trouveras dans celui où il était avant de se convertir (mécréant)".

140. Ousâma Ibn Zayd (رضي الله عنهما) a dit : L'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) nous envoya à la tête d'un escadron contre les Al-Huraqât de la tribu de Juhayna. Nous les surprîmes au matin et les mîmes en déroute. J'attrapai un des ennemis qui s'écria aussitôt : "Il n'y a d'autre divinité qu'Allâh!". Quand même, je le tuai; mais je ne puis pour autant rester la conscience en paix. A notre retour (à Médine), je racontai cet événement au Prophète (صلى الله عليه و سلم) qui me dit : "A-t-il dit qu'il n'y avait d'autre divinité qu'Allâh et tu l'as tué quand même?!".
- "Il ne l'a dit que pour éviter la mort!", me justifiai-je.
- "As-tu sondé son cœur pour vérifier s'il est sincère ou non dans cette attestation?".
Le Prophète ne cessa de répéter cette réprimande au point que je souhaitai que je n'aurais embrassé l'Islam que ce jour-ci (pour qu'une telle faute sévère ne lui soit pas inscrite dans son passif de musulman).
Sa'd commenta (voyant Ousâma rangé de regrets amers) : "Moi, par Allâh! Je ne jugerai qu'un homme doit être tué sans que Dhû Al-Bûtayn (il voulait dire Ousâma qui était un gros ventru) ne le trouve tel". Or, un homme s'exclama : Allâh n'a-t-il pas dit : {Et combattez-les jusqu'à ce qu'il ne subsiste plus d'association, et que la religion soit entièrement à Allâh...!}
Et Sa'd d'ajouter : "Nous avons évidemment combattu pour qu'il ne subsiste pas d'association; cherchez-vous, toi et tes compagnons à combattre pour qu'il y ait association?"

A propos des paroles du Prophète : "Il n'est pas des nôtres celui qui porte les armes contre nous"

143. Selon Abdoullâh Ibn 'Omar (رضي الله عنهما) : l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Quiconque dirige une arme contre nous, n'est pas des nôtres".

145. D'après Abou Moûsa (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Celui qui porte les armes contre nous n'est pas des nôtres".

Interdiction de se frapper les joues, de déchirer les encolures des robes et de proférer des paroles antéislamiques

148. D'après 'Abdoullâh Ibn Mas'oûd (رضي الله عنه) a dit :

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Il n'est pas des nôtres celui qui se frappe les joues, qui déchire les encolures de ses vêtements et qui profère des invocations de l'époque antéislamique (manières extravagantes d'exprimer sa mélancolie à la suite d'un malheur quelconque)".

Interdiction du colportage des ragots

151. Houdhayfa (رضي الله عنه) a dit : J'ai entendu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dire : "Jamais une mauvaise langue n'accédera au Paradis".

Interdiction de traîner l'izâr, de rappeler à quelqu'un l'aumône qu'on lui a faite et de faire écouler sa marchandise par un serment, et les trois catégories de personnes qu'Allâh ne regardera pas au Jour de la Résurrection, ne purifiera pas et qui subiront un châtiment douloureux

157. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه) l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Il est trois personnes à qui Allâh n'adressera pas la parole au Jour de la Résurrection, ni les regardera, ni les purifiera et auxquelles Il a réservé un châtiment douloureux. L'homme, se trouvant dans le désert et ayant de l'eau en surplus, la refuse à un voyageur en détresse. Un second vendant sa marchandise à un autre à qui il jure par Allâh -après l'heure du 'asr- qu'il l'avait achetée à tel ou tel prix (en vue d'un surcroît de profit), prenant ainsi l'acheteur pour dupe. Et un troisième qui, prêtant serment de fidélité à un souverain, ne le fait qu'en vue d'un profit temporel, et qui, reste fidèle tant qu'on le lui donne, sinon, il ne tient aucunement à ses engagements".

Interdiction de se suicider, celui qui se donne la mort au moyen de quelque chose, en sera torturé en Enfer. N'entrera au Paradis qu'une âme Soumise (musulmane)

158. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Quiconque se suicida d'un tranchant, s'en percera incessamment le ventre dans le feu de la Géhenne où il demeurera éternellement. Quiconque s'empoisonna, absorbera incessamment ce poison dans le feu de la Géhenne où il demeurera éternellement. Quiconque se donna la mort en se précipitant du haut d'une montagne, se précipitera incessamment dans le feu de la Géhenne où il demeurera éternellement".

_________________
Remplit l'encrier de l'ange qui note tes bonnes actions avec les larmes de ton repentir.http://daawa95.skyblog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daawa95.skyblog.com
daawa95
::Toujours là::
::Toujours là::
avatar

Nombre de messages : 245
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: foi   Jeu 29 Juin - 2:49

159. D'après Thâbit Ibn Ad-Dahhâk (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Celui qui, de propos délibéré, jure par une religion autre que l'Islam, sera jugé suivant les termes de son serment (c.-à-d. tel un juif, un chrétien ou un idolâtre). Celui qui se donne la mort à l'aide de quelque moyen, en sera torturer au Jour de la Résurrection. L'homme ne doit jamais faire don de ce qu'il ne possède pas".

162. Abou Hourayra (رضي الله عنه) a dit : Nous assistions à la bataille de Hunayn au côté de l'Envoyé d'Allâh qui désigna un soi-disant musulman en disant : "Celui-là est l'un des damnés de l'Enfer". Or, cet homme montra, dans la mêlée, une grande vaillance et reçut une blessure grave. On dit alors au Prophète : "Ô Envoyé d'Allâh! L'homme dont tu as dit qu'il sera au nombre des damnés, a glorieusement combattu aujourd'hui et a succombé". - "Succombé pour aller en Enfer!", repartit le Prophète (صلى الله عليه و سلم). Certains musulmans furent sur le point de douter des paroles du Prophète, lorsqu'on vint dire : "L'homme est encore vivant, mais il est grièvement blessé". Mais, à la nuit tombante, ne pouvant point souffrir sa blessure, l'homme se suicida. Lorsqu'on apprit la nouvelle au Prophète, il s'écria : "Allâh est le plus Grand! J'atteste que je suis Son adorateur et Son envoyé!". Puis, il donna l'ordre à Bilâl d'aller crier parmi les musulmans : "Il n'accédera au Paradis que les âmes vraiment soumises! Et Allâh fortifie cette religion, (même) par l'aide d'un hommes impie".

163. D'après Sahl Ibn Sa'd As-Sâ'idî (رضي الله عنه), A l'issue d'un combat mené contre les polythéistes, l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) se dirigea vers son campement, et les ennemis firent de même. Il y eut sous la bannière de l'Envoyé d'Allâh un homme qui ne cessa de poursuivre n'importe quel membre isolé de la troupe ennemie en vue de l'exécuter de son sabre. On dit alors : "Certes, untel nous a surpassés aujourd'hui en mérite (à cause de sa bravoure)". - "Pourtant, cet homme ira en Enfer", dit le Prophète (صلى الله عليه و سلم). - "Moi, s'écria un des fidèles, je vais suivre de près cet homme". Et à vrai dire, il put emboîter le pas à cet homme, jusqu'au moment où celui-ci, étant grièvement blessé; se hâta de mettre un terme à sa souffrance et enfonça son sabre dans le sol de telle sorte que sa pointe soit dirigée au sein de sa poitrine, et s'enferra lui-même. Et ainsi trouva-t-il la mort. L'autre homme retourna à l'Envoyé d'Allâh et lui dit : "Je témoigne que tu es l'Envoyé d'Allâh". - "Pourquoi tu le dis en ce moment?", demanda le Prophète. - "L'homme dont tu as dit tout à l'heure qu'il sera parmi les damnés de l'Enfer, répondit l'homme; ce qui a suscité l'étonnement des fidèles, et alors je me suis décider de le suivre (pour percer son secret). Je l'ai poursuivi donc jusqu'à ce qu'il avait reçu une grave blessure. Et alors voulant devancer son trépas, il enfonça son sabre dans le sol de telle sorte que sa pointe soit dirigé vers le sein de sa poitrine et il rendit ainsi le dernier soupir. A ce moment, l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) commenta en disant : "Il se peut qu'un homme suit apparemment la conduite des gens du Paradis, mais en vérité il sera parmi les damnés de l'Enfer; et qu'un autre suit apparemment la conduite des gens de l'Enfer, alors qu'il sera parmi les bienheureux du Paradis".

164. D'après Jundab (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : Il y avait, parmi ceux qui vous ont précédés, un homme qui eut une tumeur inflammatoire. Ne pouvant supporter la douleur, il tira une flèche de son carquois et perça sa tumeur. L'effusion de sang ne cessa pas alors et il en meurt. Allâh dit à son sujet : "Je l'ai privé du Paradis".

Interdiction de voler du butin. N'entreront au Paradis que les Croyants

166. Abou Hourayra (رضي الله عنه) a dit : Nous sortîmes avec le Prophète (صلى الله عليه و سلم) pour la conquête de Khaybar et Allâh nous accorda la victoire. Pourtant, nous n'eûmes pour butin ni or ni argent, mais surtout des objets, des aliments et des vêtements. Nous prîmes ensuite avec l'Envoyé d'Allâh la direction de Wâdî Al-Qurâ. Celui-ci (صلى الله عليه و سلم) était accompagné d'un esclave que lui avait donné Rifâ'a Ibn Zayd, originaire des Judhâm de la tribu des Banû Ad-Dubayb. A Wâdî Al-Qurâ, cet esclave fut atteint d'une flèche pendant qu'il ôtait la selle de l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم). Les fidèles s'écrièrent alors : "Heureux homme! Il est martyr, ô Envoyé d'Allâh!" - "Pas du tout, répondit le Prophète (صلى الله عليه و سلم). J'en jure par Celui qui tient l'âme de Muhammad en Son pouvoir, certes la pèlerine qu'il a dérobée du butin au jour de Khaybar -avant le partage- lui consumera le corps!". A ces paroles, les fidèles furent choqués. Un homme vint alors trouver le Prophète, tenant à la main un ou deux courroies de sandales. "Ô Envoyé d'Allâh! Voilà, dit cet homme, ce que j'ai dérobé au jour de la prise de Khaybar". - "C'est une courroie de feu (ou ce sont deux courroies de feu)", dit le Prophète.

Crainte qu'éprouve le Croyant de perdre les fruits de ses œuvres

170. Anas Ibn Mâlik (رضي الله عنه) a dit : Après la révélation de ce verset : Ô vous qui avez cru! N'élevez pas vos voix au-dessus de la voix du Prophète,... Thâbit Ibn Qays se retira dans sa maison et dit : "Ah! Je serai au nombre des damnés!" Il s'est abstenu d'aller voir le Prophète (صلى الله عليه و سلم). Se rendant compte de son absence, l'Envoyé d'Allâh demanda de ses nouvelles à Sa'd Ibn Mu'âdh, en disant : "Ô Abou 'Amr! Est-ce que Thâbit est malade?". - "Il est mon voisin, répliqua Sa'd, et je n'ai pas entendu qu'il souffre". Sa'd se rendit aussitôt à son voisin et l'informa de ce que l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) avait dit. Thâbit s'exprima ainsi : "Ne voyez-vous pas que je suis visé par ce verset car c'est ma voix qui s'élève le plus souvent au-dessus de celle du Prophète (صلى الله عليه و سلم)? Je serai donc l'un des damnés!". Sa'd revint auprès du Prophète (صلى الله عليه و سلم) et lui fit part de ce que Thâbit avait dit. L'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) dit : "Non, il sera au nombre des bienheureux du Paradis".

Le Croyant sera-t-il châtié pour ce qu'il avait commis à l'époque préislamique

171. D'après 'Abdoullâh Ibn Mas'oûd (رضي الله عنه), Quelques personnes s'adressèrent à l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) en disant : "Ô Envoyé d'Allâh! Serons-nous punis pour ce que nous avons fait au temps de l'idolâtrie?" - "Celui, répondit-il, qui fait le bien après sa conversion à l'Islam, n'en sera pas puni. Mais celui qui pèche (après sa conversion à l'Islam), ses fautes commises avant et après l'Islam seront toutes punies".

L'Islam, l'émigration et le Hajj annulent les péchés qui les ont précédés

174. D'après Ibn 'Abbâs (رضي الله عنهما), Des polythéistes qui avaient commis nombre de meurtres et nombre d'adultères, vinrent trouver Muhammad (صلى الله عليه و سلم) et lui dirent : "Ce que vous nous dites et ce à quoi vous nous invitez est bien; mais veuillez nous indiquer comment racheter nos fautes". C'est alors que fut révélé ce verset : Qui n'invoquent pas d'autre dieu avec Allâh et ne tuent pas la vie qu'Allâh a rendue sacrée, sauf à bon droit; et qui ne commettent pas de fornication - car quiconque fait cela encourra une punition et ce verset : Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment ne désespérez pas de la miséricorde d'Allâh...

Jugement porté sur les œuvres du polythéiste avant qu'il ne se convertisse à l'Islam

175. D'après Hakîm Ibn Hizâm (رضي الله عنه) J'ai demandé à l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) : "Que pensez-vous de certaines dévotions que j'ai pratiquées au temps du polythéisme? En serai-je récompensé?". - "En adoptant l'Islam, répondit le Prophète, tu conserves à ton actif tout le bien que tu as fait précédemment".

Sincérité et Fidélité de la foi

178. 'Abdoullâh Ibn Mas'oûd (رضي الله عنه) a dit : "Quand fut révélé le verset suivant : {Ceux qui ont cru et n'ont point troublé la pureté de leur foi par quelque iniquité (association)...} les compagnons du Prophète (صلى الله عليه و سلم) en furent peinés et dirent : "Qui est celui d'entre nous qui n'a pas quelque injustice à se reprocher?".
L'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) leur répondit : "Il ne s'agit pas de ce que vous croyez; mais plutôt de ce à quoi avait songé Luqmân quand il disait à son fils : {Ô mon fils, ne donne pas d'associé à Allâh, car l'association (à Allâh) est vraiment une injustice énorme.}"".

Allâh laisse impunies les (mauvaises) pensées et les soucis du cœur tant qu'ils ne sont pas enracinés dans l'esprit

181. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Allâh excusera aux fidèles de ma Communauté le mal que leurs âmes leur ont inspiré, tant qu'il ne sera pas traduit ni en paroles ni en actes".

Si le Serviteur a l'intention de faire une bonne action, elle passera à son actif, et lorsqu'il a l'intention de faire une mauvaise, elle ne sera pas écrite

183. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a transmis ces propos d'après son Seigneur, l'Exalté : "Quand un de Mes adorateurs veut commettre une mauvaise action, ne l'inscrivez pas à son passif tant qu'il ne l'a pas encore accomplie; s'il l'accomplit, ajoutez à son passif une seule mauvaise action. Par contre, s'il veut faire une bonne action, et même s'il ne l'accomplit pas, ajoutez-lui à son actif une bonne action; mais s'il l'accomplit, ajoutez-lui dix bonnes actions".

187. D'après Ibn 'Abbâs (رضي الله عنهما), le Prophète (صلى الله عليه و سلم), transmettant ces propos de son Seigneur, l'Exalté, a dit : "Allâh écrivit les bonnes et les mauvaises actions". Puis, il (صلى الله عليه و سلم) explicita ceci en disant : "Quiconque forme le dessein de faire une bonne action, même s'il ne la met pas en exécution, Allâh lui inscrira à son actif sa récompense complète; et s'il la met à exécution, Allâh -que soient exaltées Sa toute puissance et Sa gloire- lui inscrira à son actif une récompense équivalente à dix bonnes actions, qui pourrait augmenter jusqu'à équivaloir à sept cents et même plusieurs multiples œuvres pies. Par contre, quiconque a l'intention de commettre une mauvaise action sans toutefois la mettre à exécution, Allâh lui inscrira à son actif la récompense complète d'une bonne action; et s'il la met à exécution, Allâh lui inscrira la punition d'une seule mauvaise action.

Les scrupules en matière de foi et ce qu'il faut dire en ce moment

190. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : Les gens ne cesseront pas de s'interroger mutuellement jusqu'à arriver à poser cette question : "Voilà qu'Allâh a créé tout l'univers; qui est donc le créateur d'Allâh?". Au cas où vous heurteriez à cette question, invoquez la protection divine en disant : "J'ai foi en Allâh!".

195. D'après Anas Ibn Mâlik (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a transmis ces propos d'après Allâh, l'Exalté, qui a dit : Les hommes de ta Communauté ne cesseront de demander : "Qui a créé telle chose? Et qui a créé telle autre?" Au point qu'ils en arriveront à dire : "C'est Allâh qui a créé l'univers; mais qui donc a créé Allâh?".

Celui qui s'empare du droit d'un musulman par un serment mensonger, sera un des réprouvés de l'Enfer

197. D'après 'Abdoullâh Ibn Mas'oûd (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit: "Celui qui, de propos délibéré, fait un serment mensonger dans le but de s'approprier le bien d'un homme musulman, trouvera Allah irrité contre lui, le Jour où il Le rencontrera".

_________________
Remplit l'encrier de l'ange qui note tes bonnes actions avec les larmes de ton repentir.http://daawa95.skyblog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daawa95.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: sahih Muslim - la foi   

Revenir en haut Aller en bas
 
sahih Muslim - la foi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le remède de tous les maux par la « Ruqiyyah » Divine
» Le Jour de ’Arafa
» Les méfaits de l'école
» Permission de manger les animaux de mer
» rejeter le Taghout

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Signes de la Vie :: Le but de la Vie :: Hadiths-
Sauter vers: